Skip Navigation Links > Détail article
Microsoft muscle la configuration matérielle minimale pour Windows 11
Publié le 25/06/2021
En officialisant Windows 11, Microsoft a donné des précisions sur la configuration matérielle minimale pour faire tourner le prochain OS. Il a ajouté des exigences spécifiques en matière de sécurité.

La prochaine ère de Windows se décline donc en version 11. Microsoft a dévoilé son prochain OS disponible à l’automne 2021. A chaque livraison de Windows, l’éditeur stipule la configuration matérielle minimale. Pour son dernier système d'exploitation, il a ajouté des exigences strictes en matière de sécurité.

Afin de faire une comparaison, souvenons-nous des pré-requis matériels pour Windows 10 : un processeur à 1 GHz, 1 Go de RAM (2 Go pour la version 64 bits de l’OS), 16 Go d’espace de stockage et un écran de 800 x 600 pixels. Avec Windows 11, il sera nécessaire d’avoir un PC plus sophistiqué comme le montre les spécifications de Microsoft. Ainsi, c’est la première fois qu’il faudra une puce multicoeur pour exécuter l’OS. En effet, une puce à 1 GHz avec deux cœurs ou plus sera exigée. Microsoft a détaillé dans une page les puces Intel qui supporteront Windows 11. Il a réalisé le même exercice pour les puces AMD où on peut constater que les séries Ryzen 2000 et plus sont compatibles. Enfin, une page dresse les puces Qualcomm prises en charge par Windows 11.

Des exigences de sécurité supplémentaires
Pour Intel, on notera que les processeurs Core de 8e génération seront exigés pour le prochain OS. Cela signifie qu’en écartant les puces Core de 7e génération, une partie importante du parc de PC ne pourra pas bénéficier de la mise à jour vers Windows 11. Par ailleurs, une grande partie de la gamme Surface ne sera pas éligible à cette actualisation. Côté mémoire et stockage, Microsoft augmente la quantité minimale de mémoire vive à 4 Go et exige un stockage beaucoup plus conséquent, 64 Go. La firme précise toutefois que ce dernier point dépend des versions de Windows précédemment installés, de la quantité de mémoire utilisée par Windows, de la taille du fichier page (aussi appelé fichier d’échange), etc. Parmi les autres contraintes matérielles, il sera demandé un GPU compatible avec DirectX 12 et un écran d’au moins 720p.

Pour accéder à Windows 11, le PC devra être équipé de Trusted Platform Module (TPM) 2.0, un co-processeur de sécurité. Ce module intègre un générateur de nombre aléatoire et peut émettre des clés de chiffrement pour se protéger contre le vol et la fuite de données. Il peut aussi authentifier les différents terminaux. Pour savoir si son PC est équipé de la version 2.0 de TPM, il suffit de taper dans la barre de recherche de Windows 10 : tpm.msc. Le résultat vous donnera les informations du fabricant et sur le module présent.

Parmi les autres spécifications de sécurité demandées par Microsoft, il y a le support de l’UEFI et Secure Boot. Par ailleurs, Microsoft va exiger que les utilisateurs souhaitant installer Windows 11 dispose d’une connexion et d’un compte Microsoft.

PC Health Check pour évaluer son PC
Enfin pour savoir si son PC peut accueillir le prochain OS, l’éditeur fournit l’application PC Health Check. Il s’agit d’une application Win32 qui propose un résumé de ce qui se trouve sur votre PC. Elle peut en un clic de vérifier en un clic les capacités de votre PC en haut de la fenêtre, pour savoir si vous pouvez exécuter Windows 11.

Si vous ne pouvez pas exécuter l’OS, quoi faire ? Quelques options s'offrent à vous : soit continuer à tenir avec Windows 10 qui prendra sa « retraite » seulement en 2025. Ou acheter un PC en veillant qu'il soit bien estampillé « prêt pour Windows 11 ». Ces derniers modèles commenceront à être commercialisés dans les prochains mois par les fabricants de PC.
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz