Skip Navigation Links > Détail article
L’OSCEP sollicite l’assistance technique des Etats Unis d’Amérique dans sa lutte contre la corruption
Publié le 18/10/2019
Le Directeur Général de l’Observatoire de Surveillance de la Corruption et de l’Ethique Professionnelle (OSCEP), Saint Augustin Mwendambali a, au cours d’une séance de travail qu’il a eue vendredi à Kinshasa avec une délégation américaine du Bureau International des Stupéfiants et de l’Application de la Loi (INL) conduite par la Directrice de ce Bureau, Kimberly G. Royston, sollicité l’assistance technique des Etats-Unis d’Amérique à cet Observatoire pour renforcer sa lutte contre la corruption et les autres antivaleurs en RDC.

Pour le DG de l’OSCEP, cette assistance technique américaine devra porter sur trois axes prioritaires. Le premier axe consiste à appuyer la RDC pour implémenter la vision du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, qui a clairement exprimé sa détermination à mettre fin à la corruption et aux autres antivaleurs. Le deuxième axe de cette assistance technique concerne l’appui à apporter au pays pour qu’il se dote des lois anticorruption. Le troisième axe consiste à aider la RDC à se doter d’un cadre institutionnel de lutte contre la corruption.

Le DG de l’OSCEP a déploré le fait que les députés nationaux de précédentes législatures avaient refusé d’adopter, au niveau de l’Assemblée nationale, le projet de loi anticorruption dans lequel on trouve des innovations devant permettre de lutter efficacement contre ce fléau. Dans ce projet de loi, a dit le DG Mwendambali, il est prévu la non prescription des infractions liées à la corruption pour une durée de 30 ans.

Se confiant à la presse à l’issue de la séance de travail, la directrice du Bureau International des Stupéfiants et de l’Application de la Loi (INL), Kimberly G. Royston a déclaré que sa délégation est venue s’enquérir du fonctionnement de l’OSCEP et des difficultés qu’il éprouve pour accomplir sa mission.

L’OSCEP a été créé par le Décret présidentiel n°075/2003 du 03 avril 2003 sous la dénomination « Observatoire du Code d’Ethique Professionnelle » (OCEP). Il a été transformé en Etablissement public, à caractère technique, doté de la personnalité juridique, par le Décret n°16/020 du 16 juillet 2016 sous la dénomination « Observatoire de Surveillance de la Corruption et de l’Ethique Professionnelle », OSCEP en sigle. Son siège social est établi à Kinshasa et il dispose des directions provinciales. L’OSCEP fonctionne sous la tutelle du ministère de la Fonction publique.

Erigé en interface de l’Etat en matière de prévention et de surveillance de la corruption, l’OSCEP est l’organe technique et consultatif du gouvernement chargé de la promotion des valeurs éthiques, de la moralisation de la gestion de la chose publique ainsi que de la lutte contre les antivaleurs dans les milieux socioprofessionnels.
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz