Skip Navigation Links > Détail article
Le gouvernement engagé à produire du maïs pour mettre fin à son importation au cours de l’année 2019
Publié le 31/10/2018
D’ici l’année prochaine, le gouvernement compte augmenter la production de cette denrée alimentaire. Il pourrait débloquer une somme avoisinant 120 millions de dollars pour financer la culture du maïs et réhabiliter des infrastructures de base.
Le ministre d’Etat et ministre de l’Economie nationale, Joseph Kapika a indiqué que le gouvernement de la République Démocratique du Congo est engagé à produire suffisamment du maïs au cours de l’exercice 2019, afin de mettre fin à l’importation de ce produit des pays voisins, notamment de la Zambie.

Joseph Kapika l’a fait savoir vendredi, lors de son intervention devant la presse à travers l’émission « Parlons-en », en réponse à une préoccupation exprimée par un auditeur. « La République Démocratique du Congo, avec sa superficie de 2.345.000 km2 avec 800.000 hectares des terres arables, ne doit pas dépendre des pays voisins en ce qui concerne le ravitaillement de sa population en maïs », a déclaré le ministre d’Etat Kapika.

Pour réaliser cet objectif, M. Kapika a annoncé le déblocage par le gouvernement d’une somme avoisinant 120 millions de dollars américains pour financer la culture du maïs et la réhabiliter des infrastructures de base, notamment les routes de desserte agricole, afin d’augmenter la production et faciliter l’évacuation dans des zones de production.

« Le sac de maïs de 100 kilogramme coûte moins de 10 USD dans les centres de production, alors qu’il coûte plus de 50 USD dans les centres de consommation, notamment à Kinshasa », a fait remarquer le ministre d’Etat Kapika qui affirme que la hausse des prix de ce produit est consécutive aux difficultés d’évacuation dues essentiellement au mauvais état des routes.

« Les maïs, le manioc et d’autres produits agricoles pourrissent dans à Nyunzu, Kabondo Dianda dans l’ancienne province du Katanga et à Mweka dans l’ancienne province du Kasaï-Occidental». Il est inconcevable que la République Démocratique du Congo puisse recourir à l’importation de ces produits pour suppléer à carence interne du maïs.

Au cours de l’exercice 2019, a-t-il affirmé, la production de la province du Katanga va ravitailler les anciennes provinces des deux Kasaï, ajoutant que le gouvernement s’emploie à améliorer le trafic entre les territoires d’Ilebo, Mweka et Kananga pour combler le déficit qui sera enregistré sur la production de l’ancienne province du Katanga.

Il a également relevé que le gouvernement va poursuivre la politique de création des zones économiques spéciales (ZES) à travers le pays, à l’instar de celle de Bukanga-Lonzo pour capitaliser la production du maïs, avant que la transformation de tous les produits agricoles précités soit effective pour une valeur ajoutée. Le maïs et le manioc constituent une culture de base pour la consommation en République Démocratique du Congo, rappelle-t-on.

ACP
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz