Skip Navigation Links > Détail article
L’ANAPI plaide pour le développement des PME agricoles en RDC
Publié le 22/09/2018
Le Directeur de planification et stratégies de l’Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI), Pierre Kanika, a plaidé vendredi pour que soient développées les Petites et moyennes entreprises (PME) agricoles en vue de la redynamisation de l’économie congolaise.

M.Kanika l’a dit à l’occasion de la 3ème édition de la Foire agricole internationale de Kinshasa (FAIKIN) axée sur le thème : «nourrir la population et exporter».

Il a fait savoir que la RDC dispose 80 millions d’hectares arables et 4 millions des terres irrigables éparpillés à travers l’ensemble du territoire qui font que l’agro-industrielle et les PME du secteur agricole occupent une place de choix.

Cependant, la RDC vit un contraste entre ses potentialités agricoles et son économie extravertie, caractérisée par l’importation de près de 80% des produits de l’agro-industrie, a relevé M. Kanika.

Selon lui, le gouvernement a priorisé plusieurs secteurs, notamment le secteur agricole et la chaine alimentaire, la forêt et les industries de transformations des bois comme levier de la croissance économique solide et durable. Ceci fait que la diversité soit une stratégie de développement économique et social adoptée par le gouvernement.

Cette diversité se traduit également à travers la création des points lumineux de développement (PLD) constitués des parcs agro-industriels ou des zones économiques spéciales suivant les spécialités des productions des provinces dont sept corridors, notamment la cour fluviale Kinshasa-Kisangani, Bukavu-Kalemie au tour du lac Tanganyika.

Il a précisé que cette diversité aura comme atout, notamment de combattre la vulnérabilité de l’économie face aux chocs exogènes et endogènes, de créer la richesse nationale et des emplois et de contribuer à la substitution des importations en RDC.

Rôle du gouvernement

Par ailleurs, le gouvernement doit par rapport à la diversité de l’économie rendre le climat économique propice aux affaires, en créant un cadre règlementaire porteur des mesures d’incitation pour le commerce international, rendre transparent la production et l’obtention des terres, mettre en place des zoning agricoles et industriels dédiées aux PME, améliorer les conditions d’accès à l’eau potable et intensifier la main-œuvre locale.

En ce qui concerne les Petites et moyennes entreprises(PME) agricoles, celles-ci doivent développer des activités locales de transformations, développer l’esprit associatif, accroître la performance et procurer un avantage concurrentiel.

En compensation les PME doivent être exonérées sur les droits d’entrée d’équipement et matériels et douanière sur les importations des biens et produits agricoles, a-t-il fait remarquer. ACP/Kayu/Fmb
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz