Skip Navigation Links > Détail article
Des stratégies et des recommandations pour la bonne exécution des opérations de la BAD en RDC
Publié le 25/07/2018
Le ministre des Finances, Henri Yav Mulang, a dévoilé lundi à Kinshasa, les stratégies du gouvernement congolais et a formulé des recommandations, en vue de l’amélioration de l’exécution des opérations de la Banque africaine de développement(BAD) en République Démocratique du Congo.
Il a fait cette déclaration au cours d’un atelier sur la revue des documents des stratégies pays (DSCRP 2013-2018) et sur la performance du portefeuille de la BAD en RDC. Il a fait savoir que les stratégies du gouvernement de la RDC consistent à créer une synergie de plusieurs projets dans une même zone d’intervention et à favoriser le développement du secteur porteur des diversifications de l’économie nationale de façon à rendre la croissance du pays plus inclusive.

Il s’agit, a-t-il précisé, de s’appuyer sur le secteur de l’agriculture, de l’agro-industrie, des infrastructures de base notamment les routes, les ports, les aéroports, l’eau et l’énergie ainsi que le développement du secteur privé comme la PME.

L’objectif visé par la revue d’achèvement DSCRP 2013-2018 et de la performance du portefeuille 2018 est de tirer des enseignements sur la mise en œuvre de la coopération entre la BAD et la RDC et de formuler des recommandations en vue d’améliorer la bonne exécution des opérations en cours et la qualité des interventions futures de cette institution financière.

Le ministre Yav qui est également gouverneur pays auprès de la BAD, s’est dit satisfait des interventions menées qui ont permis d’atteindre les objectifs assignés.

Le représentant de la BAD en RDC, Sylvain Maliko a insisté sur les faiblesses observées au niveau des cellules d’exécution des projets qui devraient être corrigées notamment l’absence du dialogue entre les cellules d’exécution des projets et la BAD.

L’année dernière, a-t-il rappelé, la BAD a évoqué la nécessité de signer des contrats de performance avec les cellules d’exécution des projets en vue de lui permettre d’accompagner ces dernières, pour que les performances soient à la hauteur des attentes partagées entre la BAD et la RDC.

Les flux nets de capitaux et les opérations financières devraient se situer en moyenne annuelle à environ 7,8% du PIB pour la période de 2015 à 2018, indique le « Guide de cadrage macroéconomique » du ministère du Plan parvenu mardi à l’ACP.

Les excédents du compte de capital et les opérations financières passeraient de 2848,6 milliards en 2015 à 3955,6 milliards de CDF en 2018. L’amélioration de ce compte se justifierait principalement par la performance au niveau des capitaux privés qui devraient atteindre 3203,3 milliards de CDF en 2018 contre 2110,7 milliards de CDF postulés en 2015, soit une hausse attendue de 52%.

Cette performance serait tributaire de l’accroissement de l’investissement direct étranger qui afficherait un bon comportement grâce à l’amélioration du climat des affaires. En 2015, note la source, cet investissement s’est situé à 1851,5 milliards de CDF alors qu’en 2018, il devrait passer à 2486,1milliards de CDF.

ACP
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz