Skip Navigation Links > Détail article
De quoi ont parlé Emmanuel Macron et le pape François?
Publié le 26/06/2018
Le président français et le souverain pontife ont notamment évoqué la question des migrants et la laïcité ce mardi lors de leur entretien au Vatican.
Ils ont parlé pendant une heure. Ce mardi, le président français a rencontré pour la première fois le pape François au Vatican, lors d'une audience dont la durée moyenne tourne autour de 30 minutes. Une rencontre décrite comme chaleureuse par la presse italienne, notamment parce qu'ils ont échangé une bise et se sont beaucoup souri pendant l'entretien, puis quand Brigitte Macron et des membres de la délégation présidentielle les ont rejoint.

Quelques éléments de leur conversation ont filtré, l'Elysée expliquant notamment qu'ils avaient parlé de laïcité, du dialogue interreligieux, de l'Europe, du climat et des migrants, ainsi que de "sujets sociétaux". Le palais présidentiel a décrit à l'AFP un "échange libre et très intense". Pour sa part, le Bureau de presse du Saint-Siège, cité par Radio Vatican, a rapporté qu'ils avaient parlé de désarmement ainsi que de la prévention et résolution des conflits, notamment au Moyen-Orient et en Afrique actuellement.

Sujets de société et migrations
Sur les sujets de société, impossible de savoir en détail de quoi il a été question, mais ce dossier était inscrit en filigrane dans la rencontre, puisque les Etats généraux de la bioéthique se sont terminés récemment en France et qu'une loi doit intervenir prochainement. Lorsqu'il était candidat, Emmanuel Macron s'est engagé en particulier à ouvrir aux femmes lesbiennes et célibataires l'accès à la PMA (procréation médicale assistée). Une mesure peu populaire au sein de l'Eglise.

La question des migrants et de l'Europe était elle aussi attendue. Avant cette rencontre, Emmanuel Macron avait pris son petit-déjeuner avec la communauté de laïcs catholiques Sant'Egidio, très impliquée dans l'accueil de migrants et organisatrice de "couloirs humanitaires" acheminant des réfugiés syriens en Europe dont la France. Dans la délégation présidentielle figurerait notamment la présidente du Secours catholique, Véronique Fayet, qui n'a pas ménagé ses critiques contre la politique migratoire de l'exécutif, jugée trop restrictive.

"Le président Macron a mentionné les corridors humanitaires comme modèle de politique d'immigration légale, surtout pour les personnes qui ont besoin de protection humanitaire", a commenté après sa rencontre Andrea Riccardi, fondateur de Sant' Egidio et ex-ministre italien.

Laïcité à la française
"La France devrait dire que les religions font elles aussi partie de la culture", a plaidé le pape, évoquant la laïcité avec le président de la République. Baptisé à l'âge de 12 ans à sa demande puis élève dans une école jésuite, le chef de l'Etat se définit aujourd'hui comme agnostique.

Dans un long discours lyrique devant la Conférence des évêques de France début avril au collège des Bernardins, il avait dit vouloir "réparer" le "lien" entre l'Église catholique et la République française, qui s'était "abîmé" notamment depuis l'adoption du mariage pour les couples de même sexe en 2013. Cette prestation avait suscité les critiques de la gauche et de l'extrême droite, l'épiscopat français saluant pour sa part un discours refondateur des relations entre les catholiques et la République.
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz