Skip Navigation Links > Détail article
Le Chef de l’Etat lance les travaux de construction du port sec de Kasumbalesa
Publié le 01/06/2018
La réalisation de ce projet, qui se développera sur un terrain de 62 hectares à 96 Km, est évaluée à environ 300 millions de dollars américains avec une participation de l’Etat congolais à hauteur de 49%.
Accompagné de la première Dame Olive Lembe Kabila, le Président de la République Joseph Kabila a procédé ce vendredi à la pose de première pierre du port sec à Kasumbalesa.

La cérémonie a connu la présence de plusieurs personnalités dont le Premier ministre, les membres du Gouvernement central, des Députés et Sénateurs originaires du Haut-Katanga, des Députés et ministres provinciaux ainsi que bien d’autres officiels du gratin politico économique congolais, sans oublier des membres du cabinet du Chef de l’Etat.

Joseph Kabila Kabange est arrivé, jeudi 31 mai dernier, à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, pour une série d'inaugurations dans cette partie du pays. A sa descente d’avion, il avait été accueilli par sa chère épouse, Marie Olive Lembe Disita Kabila, qui y séjourne depuis quelques jours.

Le VPM Mova, le Gouverneur Pande Kapopo et plusieurs autres autorités politico-administratives ont été de la partie.

Son programme prévoit l’inauguration par lui, à Lubumbashi, du nouveau Gouvernorat provincial du Haut Katanga, du nouveau siège provincial de la Banque centrale du Congo et d’un nouveau centre d’affaires ultra-moderne appelé Hypnose.

À Kasumbalesa, Joseph Kabila a procédé, comme indique supra, à la pose de la première pierre pour la construction d’un port sec de l’Ogefrem. Toutes ces cérémonies précitées débutent donc ce vendredi 1er juin 2018.

Cet événement de Kasumbalesa, disons-le, intervient après la signature le 11 mai par le Directeur Général de l’Office de Gestion de Frets Multimodal (OGEFREM), Patient Sayiba Tambwe, et la société sud-africaine Rail and road Africa (RRA) d’un contrat de partenariat incluant notamment la construction de ce port sec.

Ces travaux seront exécutés en cinq phases dont la première consiste à l’aménagement de la plateforme par le désherbage, le nivelage et le compactage du site.

Pour cette première phase l’entreprise Katanga Sol brique » KSB » a été sélectionnée pour la réalisation de travaux.

Avantages

Selon les sources officielles, deux experts en environnement, développement, économie et en social du plan de gestion environnemental, Papy Ilunga et Guillaume Monga, ont expliqué le weekend dans la salle des réunions de la commune rurale de Kasumbalesa les avantages qui couleront de la construction d’un port sec ultra- moderne de l’OGEFREM à Kasumbalesa.

Ces experts recrutés par l’OGEFREM pour cette étude ont présenté comme avantages de ce port : la création des emplois, la promotion de l’hygiène, la promotion des petits commerces, la réduction de la fraude douanière et du vol, la sécurité des transporteurs et leurs biens, le désengorgement de la route Lubumbashi et la valorisation de ce quartier. Cette infrastructure sera construite à l’entrée de la cité frontalière de Kasumbalesa, dans la cellule Karavia, à côté de la station essence Mulowayi.

Il faut dire ici que la cité frontalière de Kasumbalesa connecte la RDC au marché international par l’Afrique australe et de l’Est.

Les travaux lancés ce jour par le Raïs, sont prévus pour durer 36 mois, mais l’air de stationnement devra être opérationnel d’ici trois mois.

Le port sec de Kasumbalesa se présente comme une plate-forme logistique reliée à différents modes de transport pour la manutention, le stockage et l’inspection réglementaire des marchandises faisant l’objet d’échanges internationaux et d’exécution des formalités douanières.

D’après notre confrère congovirtuel, Il a pour vocation d’être le prolongement des différents ports maritimes où transite le fret import-export de la RDC.

Connecté à 7 ports maritimes internationaux, ce port se veut également comme un maillon stratégique dans la chaîne logistique internationale, plus précisément pour l’Afrique australe et de l’Est.

Comme d’aucuns le savent, de tous les temps, la RDC a souffert de son semi enclavement qui le soumettait à la dépendance des infrastructures des pays étrangers pour son trafic import-export.

La RDC était ainsi réduite à exploiter les ports maritimes étrangers comme voies d’entrée et de sortie de ses marchandises en import-export. Il fallait donc que le pays se dote de ses propres infrastructures dans le cadre du commerce international et qui puissent lui permettre d’exercer sa souveraineté sur son fret.

Le Directeur général de l’Ogefrem, dont l’entreprise est considérée comme étant la plaque-tournante de cette cérémonie, a salué ce projet comme étant le fruit de la vision du Chef de l’Etat qui tient au développement de la RDC et à voir le pays jouer pleinement son rôle de pivot de l’intégration de l’économie régionale grâce à sa position au carrefour de plusieurs communautés.

Ce projet, a-t-il ajouté, devrait permettre à la RDC de stabiliser son économie et renforcer ses atouts vers l’émergence. Il renforce également le poids de la RDC dans les différentes régions et communautés économiques comme pivot de leur intégration.

Présent également à cette cérémonie, le VPM José Makila, en charge des transports et voies de communication, a, rappelé les propos clairvoyants du Chef de l’État qui, dans son discours d’investiture en 2011, avait convié les Congolais à éviter les promesses chimériques pour l’accompagner dans la consolidation de la paix et dans la poursuite de la reconstruction et le développement de leur pays. Cette vision modernisatrice se traduit par les grands travaux dont ce projet de port sec.

Pour sa part, le Gouverneur du Haut-Katanga, Pande Kapopo, a promis de veiller au grain au déroulement de l’ensemble des travaux afférent à ce port.

Célestin Lutete/MMC
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz