Skip Navigation Links > Détail article
Devises : la dépréciation de l'euro se poursuit, sous 1,20 dollar
Publié le 07/05/2018
L'euro évoluait en nette baisse face au dollar lundi, les investisseurs digérant le rapport mensuel sur l'emploi américain qui s'est révélé sans éclat vendredi, en attendant les chiffres sur l'inflation aux États-Unis en avril publiés plus tard dans la semaine.
Ce lundi matin, l'euro valait 1,1932 dollar, contre 1,1960 dollar vendredi à 21H00 et 1,1988 dollar jeudi soir. La monnaie unique se maintenait toujours sous la barre de 1,20 dollar après être tombée vendredi à 1,1911 dollar, son plus bas niveau depuis le début de l'année.


Publié le 16/04/2018

Devises : un tweet de Trump fait grimper l'euro

Publié le 08/03/2018

Bitcoin : la fièvre retombe, pas la volonté de régulation

Publié le 15/01/2018

L'euro au plus haut face au dollar depuis 2014

La monnaie unique européenne se repliait très légèrement face à la devise japonaise, à 130,43 yens, contre 130,50 yens vendredi soir. Le billet vert montait face à la monnaie nipponne à 109,31 yens, contre 109,12 yens vendredi.

«La force du dollar est la grande nouvelle des dernières semaines», jugeait Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group. Le dollar n'a pas eu à pâtir du rapport sur l'emploi américain en avril, malgré des chiffres mitigés.

Le taux de chômage est tombé à 3,9%, son plus bas niveau depuis décembre 2000, le nombre de créations d'emplois (164.000) se sont révélés moins important que prévu et les salaires ont peu augmenté, ce qui est venu apaiser momentanément les inquiétudes sur une accélération rapide de l'inflation.

Désormais «tous les regards seront tournés vers le rapport sur l'indice des prix à la consommation américain de cette semaine, qui sera la donnée économique la plus significative de ce mois, car il confirmera ou non la lecture haussière des marchés sur l'économie américaine et la trajectoire de hausse des taux de la Fed», a souligné Stephen Innes, responsable des changes pour la région Asie-Pacifique chez Oanda.

«Dans l'ensemble, nous estimons que les données sur la main-d'œuvre américaine de vendredi ne changeront probablement pas l'opinion de la Fed selon laquelle d'autres hausses de taux sont nécessaires cette année», a déclaré de son côté Rodrigo Catril, stratégiste de la National Australia Bank, dans un commentaire.

Les analystes restent partagés sur le nombre de relèvements des taux que la Fed pourrait effectuer en 2018, hésitant entre trois, le plan initial, et quatre.

Mais ils restent convaincus que la banque centrale américaine (Fed) va probablement encore augmenter au moins deux fois les taux d'emprunt aux États-Unis cette année. Une hausse des taux rend le dollar plus rémunérateur et donc plus attractif pour les cambistes.

De son côté, l'euro restait orienté à la baisse après la publication d'un nouvel indicateur décevant pour la zone euro.

Les commandes passées à l'industrie allemande ont reculé de 0,9% sur un mois en mars, après s'être légèrement contractées de 0,2%, selon un chiffre provisoire publié lundi par l'office fédéral des statistiques Destatis. Les économistes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset misaient sur une hausse en mars de 0,6%.

Vendredi, l'annonce d'une progression minime (+0,1%) en mars des ventes au détail, dans la zone euro, était venu conforter conforter l'idée d'un ralentissement dans la région. Ce matin, l'or valait 1.313,75 dollars, contre 1.315,35 dollars vendredi à 21H00.

Le bitcoin valait 9.349,87 dollars, contre 9.683,54 dollars vendredi soir, selon des chiffres compilés par le fournisseur de données financières Bloomberg.

La monnaie chinoise valait 6,3654 yuans pour un dollar, contre 6,3627 yuans pour un dollar vendredi vers 15H30.
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz