Skip Navigation Links > Détail article
L’ASCOVI salue la mise en œuvre du processus d’intégration commerciale en Afrique central
Publié le 06/04/2018
Le président de l’Association des consommateurs des produits vivriers (ASCOVI), Patrice Musoko Mbuyi, membre du « Consumer International » basé à Kinshasa a, dans un communiqué parvenu vendredi à l’ACP, salué la mise en œuvre du processus d’intégration économique au sein de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC).

M. Musoko a fait savoir que ’intégration régionale et la mondialisation s’imposent pour les pays africains tandis que l’application des politiques d’infrastructures et qualités est importante dans la mise en œuvre de la zone de libre échange en Afrique.

Toutefois, a-t-il fait remarquer, la compétitivité des entreprises africaines est à l’ordre du jour. Il a formulé ce souhait à l’issue d’un atelier tenu du 04 au 05 avril à Kinshasa sur la sensibilisation des Chefs d’Etats Africains et des institutions de commerce à la zone de libre-échange de la CEEAC.

Il a également demandé d’associer toujours les organisations des consommateurs africains, et les institutions parlementaires dans la mise en œuvre du processus d’intégration commerciale en Afrique centrale.

Selon le président de l’ASCOVI, la zone de libre-échange est un espace dans lequel les marchandises et les services circulent sans entraves, ajoutant que c’est un espace d’opportunités économiques pour les opérateurs privés dans la mesure où il leur offre un marché d’une taille plus grande que celle de leur pays d’installation.

La zone de libre-échange de la communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) est un marché de 160 millions de consommateurs environ et répartis sur 11 pays, avec des ouvertures sur d’autres sous-régions, a-t-il dit.

Selon lui, en RDC, l’Etat congolais dépend en grande partie des taxes douanières et il appartient à plusieurs plates formes régionales. Ainsi, il est prié de créer de nouvelles sources de financement pour la réalisation de son budget.

L’économie Congolaise est désarticulée dans son ensemble, a dit M. Musoko, avant d’indiquer que la politique gouvernementale doit aller vers le développement harmonieux en vue de trouver une politique nationale pour améliorer davantage son PIB (Produit intérieur Brut).

La diversification de l’économie nationale doit être le champ de bataille pour les grandes et les petites entreprises, a-t-il dit. Il a par ailleurs fait savoir qu’en Afrique, l’intégration économique est tributaire à la paix et à la bonne gouvernance de la chose publique.

Les chefs d’Etat Africains devraient éviter des conflits armés et lutter contre la corruption pendant leur mandat présidentiel. Pour M. Musoko, il faudra créer une conscience nationale pour réussir les objectifs de la zone de libre échange de la CEEAC.
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz