Skip Navigation Links > Détail article
Ouverture à Kinshasa de la session d’avril du Conseil économique et social
Publié le 05/04/2018
Le président du Conseil économique et social (CES), Kiwakana Kimayala, a ouvert mercredi à Kinshasa la session d’avril de cette structure axée principalement sur l’urbanisation, l’environnement, le réchauffement climatique, en vue de permettre aux décideurs de prendre des mesures susceptibles d’absorber les 130 millions des Congolais qui doivent habiter les villes de l’ensemble du territoire national dans un futur proche.

M.Kiwakana qui a déterminé les matières à traiter au cours de cette session, a indiqué que le Conseil économique et social vise à mener une réflexion stratégique en collaboration avec les pouvoirs publics, la société civile et les partenaires au développement afin d’identifier les secteurs d’entrainement de développement.

Il a souligné que d’autres thématiques telles que la gestion de l’espace congolais (urbanisation, forets, terres et eau), la fiscalité, le secteur privé, la citoyenneté, le civisme, le cycle éternel des conflits dans certains coins du pays, l’éducation et la corruption seront aussi abordés en vue d’une réflexion auprès des décideurs sur la manière d’adapter la gestion de différents axes principaux de la vie sociale et économique de la RDC.

Le président a fait remarquer que cette session s’ouvre dans un contexte tout à fait particulier, notamment la consolidation du processus électoral, l’actualité économique focalisée sur la révision du code minier, la hausse du prix de cobalt et le changement climatique.

« C’est donc un moment capital pour la vie de la nation congolaise, de son peuple et de tous ceux qui sont concernés à des degrés divers par l’intérêt sur la RDC », a dit le président du CES.

En s’inscrivant dans cette logique d’interpeller la conscience nationale sur les grands enjeux du développement socioéconomique de l’heure, le Conseil économique et social joue la carte de ses missions pertinentes lui dévolue par la Constitution, notamment, d’analyser la conjoncture économique et sociale du pays, d’assurer le suivi des politiques économiques et sociales internationales, nationales et provinciales, de contribuer à l’information sur l’évolution de la situation économique et sociale, de donner sans avis sur les orientations générales de l’économie et de formuler des propositions dans les divers domaines économiques et sociaux, a ajouté M. Kiwakana.

Pour rappel, le CES a identifié au cours de la session d’octobre 2017, quelques principales orientations stratégiques pour la préservation et la gestion durable de la forêt équatoriale, deuxième poumon de la planète.

Il s’agit, notamment de la mise en œuvre effective du processus REDD+, la protection des forêts, la promotion de la reforestation, de l’exploitation durable du bois, de la conservation de la biodiversité, de l’assainissement et de la lutte contre les pollutions diverses, le développement d’un modèle de production agricole écologique.

Celui-ci, a-t-il dit, vise un impact réduit sur la forêt et intègre la lutte contre la dégradation des terres agricoles et repose sur la promotion de l’agro-écologie afin de garantir l’intensification écologique de la production, le développement énergétique à faible intensité carbone à travers une gestion plus durable de la filière bois-énergie, la maitrise des émissions de gaz à effet de serre du secteur électrique et le recours aux énergies renouvelables.

L’élaboration et la mise en œuvre d’une forme foncière se traduisant par une révision du cadre légal, sa vulgarisation ainsi que la modernisation des services fonciers, la relance du processus d’immatriculation des propriétés et la résolution des conflits, a été également abordée au cours de cette session.
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz