Skip Navigation Links > Détail article
Zone euro : la croissance atteint un pic
Publié le 20/11/2017
La reprise en Europe atteint un niveau inégalé depuis dix ans. La croissance en zone euro s'est élevée à 0,6% au troisième trimestre après 0,7% au deuxième. Mais le rebond montre certains signes de fragilité.

C’est un véritable come-back pour le Vieux Continent, qui aura été la bonne surprise économique de l’année. Depuis près d’un an, les estimations de croissance pour la zone euro n’ont cessé d’être révisées en hausse, à la fois pour 2017 et 2018.

L’activité a enregistré une progression de 0,6% au troisième trimestre (+2,5% sur un an), après 0,7% au deu­xiè­me.

Les indicateurs avancés campent à un niveau élevé, tant du côté des ménages que des entreprises, avec un indice PMI Composite (enquête auprès des directeurs d’achat de l’industrie et des services) pro­che d’un plus-haut depuis six ans.

L’investissement redémarre

Un peu tardivement, la Commission européenne a pris acte de cette embellie. Dans ses prévisions d’automne, elle a fortement relevé son scénario pour 2017 en zone euro : alors qu’elle anticipait une croissance à 1,7% au printemps dernier, sa prévision est portée à 2,2%.

Un niveau qui n’a pas été observé depuis dix ans ! Bruxelles souligne que le Vieux Continent profite d’une accélération de la croissance mondiale, au plus haut depuis sept ans, bien synchronisée entre économies avancées et émergentes, ce qui alimente le regain du commerce international.

Mais le moteur interne de la zone euro reste la consommation des ménages, soutenue par les créations d’emplois.

Enfin, l’investissement, à la traîne de la reprise, montre des signes d’accélération à l’heure où les entreprises entrevoient une demande plus élevée et profitent de conditions financières favorables.

Malgré ce tableau d’ensemble encourageant, la Commission anticipe un tassement de la dynamique en zone euro dès 2018 (à 2,1%). Elle est rejointe en cela par tous les grands organismes internationaux, dont le FMI et l’OCDE.

En cause, «le ralentissement du rythme des créations d’emplois et de progression du pouvoir d’achat». Elle souligne à cet égard qu’une accélération des salaires, soutenue par des gains de productivité, serait un signal fort de poursuite de l’expansion.

La Commission met aussi en avant le caractère atypique de la reprise actuelle, en raison de sa dépendance aux politiques économiques, dont celle menée par la Banque centrale européenne.

Stimuler la productivité

La croissance en zone euro a-t-elle déjà atteint voire passé son pic ? Les économistes qui le pensent font valoir que la région pourrait avoir rejoint l’an prochain son niveau de «croissance potentielle», situation où les ressources (capacités de production et main-d’œuvre) sont pleinement utilisées.

Cela est notamment lié au niveau élevé du chômage structurel en zone euro, à tel point que l’on observe une pénurie d’emplois qualifiés dans certains pays comme l’Allemagne.

D’où le message, martelé depuis des années, de poursuivre les réformes, notamment celles «visant à stimuler la productivité et la capacité d’adaptation au changement», a plaidé Valdis Dombrovskis, le vice-président de la Commission.
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz