Skip Navigation Links > Détail article
L’Ajustement budgétaire à la base de la stabilité du cadre macroéconomique
Publié le 09/10/2017
Les perspectives économiques à court comme à moyen termes restent très optimistes et très favorables au regard de la stabilité observée sur le marché de change et sur celui des biens et services.
C'est le satisfecit du président du Comité de politique monétaire (CPM) et gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Deogratias Mutombo. Au cours d'un point de presse tenu le 5 octobre, le président du CPM note que les deux marchés enregistrent une réduction de la volatilité ainsi qu'un ralentissement du rythme de la formation de prix depuis la dernière semaine du mois de juillet 2017.

Selon Deogratias Mutombo, ce ralentissement se justifie par des réformes engagées par le gouvernement en vue d'accroître les recettes, accroître l'offre en devises et même pour relancer la production agricole intérieure. Des réformes sont accompagnées par l'ajustement budgétaire et la politique monétaire restrictive.

« Nous avons connu de fortes perturbations sur le plan macroéconomique au premier semestre 2017 ; avec les dépréciations d'une moyenne de 3,2 % sur le marché de change aussi bien indicatif que parallèle. Tandis que sur le marché des biens et services, le rythme s'est accéléré avec une moyenne mensuelle de presque 4% et un pic de 8,1% enregistré au mois de juillet.

C'est depuis cette dernière semaine du mois de juillet que nous observons une stabilité relative sur les deux marchés, avec une très faible dépréciation enregistrée au mois de septembre sur les deux segments, tandis que la formation des prix s'est décélérée à 7,2% au mois de septembre », a indiqué Deogratias Mutombo.

Travail sur base caisse

La stabilité observée sur le marché reste encore, pour une part importante, le résultat de l'ajustement budgétaire. Celui-ci voudrait que l'on puisse travailler sur base caisse. Dans cette optique, un paiement ne peut s'effectuer que lorsqu'il y a des excédents budgétaires. Avec ce modus operandi, c'est donc l'ancrage budgétaire qui est devenu le principe sacro-saint de la gestion des finances publiques.

Pour le gouverneur de la BCC, cette stabilité va très bientôt être consolidée par l'application des actes juridiques liés aux mesures d'accompagnement des réformes. Parmi ces actes juridiques, il y a le décret du Premier ministre, les arrêtés ministériels, les notes de la BCC et autres instructions qui ont été confectionnées après la validation des réformes.

Avant la fin de la semaine, il est prévu que le comité de pilotage stratégique puisse s'assurer de la transmission verticale de ces actes juridiques par les administrations de tutelle aux services opérationnels. C'est alors qu'on pourra s'assurer de l'application effective de ces mesures par les services opérationnels qui œuvrent aux postes frontières ou encore ceux qui effectuent des perceptions connexes accompagnant le dédouanement des marchandises. Selon la vision du gouvernement, tous les services doivent s'ajuster par rapport aux mesures qui ont été prises.

« L’application de ces mesures va nous permettre d'avoir une fiscalité non prohibitive, compétitive et attrayante par sa baisse qui sera obtenue à travers la suppression des taxes jugées illégales, de multiples postes de contrôle qui doivent être supprimés, même par l'assainissement des aires de dédouanement. Il s'agit des réformes d'envergure. Il est prévu des guichets pour simplifier le dédouanement. Avec cette simplification, les importateurs pourront se rendre eux-mêmes auprès des guichets et dédouaner leurs marchandises », soutient le gouverneur de la BCC.

Olivier Kaforo/Le Potentiel
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz