Skip Navigation Links > Détail article
FEMMES LEADERS : Tchonté Silué, blogueuse, chroniqueuse et enseignante:« C`est ma passion pour la lecture qui m`a emmenée à créer une bibliothèque »
Publié le 28/08/2017
Tchonté Silué, jeune ivoirienne, entrepreneure sociale, est blogueuse sur les chroniques de Tchonté.com. Passionnée de littérature, ce faible pour les belles lettres la motive à être fondatrice de la bibliothèque Centre Eulys, une petite bibliothèque pour enfants… Son intention, emmener les jeunes enfants à lui emboîter le pas, à s'intéresser à la lecture et aimer les livres. Découvrez cette modeste personne qui nous ouvre son univers…

C’est qui un blogueur et en quoi consiste son activité?

Avant tout propos, il serait bienséant de faire la part des choses. Alors, pour le dire clairement, je ne vis pas du blog, encore moins une professionnelle. Pour revenir à la question, je dirai qu’un blogueur ou une blogueuse est quelqu’un qui tient une page personnelle un peu comme un site sur lequel il peut partager des informations. Soit sur sa vie ou son quotidien, soit sur une passion, en particulier. A titre illustratif, je partage , sur mon blog, tout ce qui touche à la littérature. Ce sont singulièrement les comptes rendus de lecture, d’un événement culturel ou religieux, et même sur les voyages. En un mot, le blogueur est quelqu’un qui partage un pan de son existence, ses envies et rêves sur une page web.

Quelles sont, brièvement, les raisons de votre motivation à devenir blogueuse?

Ce fut un déclic et tout est parti de la découverte du blog de Yehni Guigui, une amie. Sur cette page, elle partageait souvent des nouvelles qu’elle écrivait à ses heures libres. Vu qu’à l’époque j’avais déjà un faible pour l'écriture et la lecture, l'opportunité était propice. Il m’est donc venue l’envie de faire comme elle, créer un blog où je partagerais mes histoires déjà écrites. C’est ainsi que, bon an mal an, naquit en moi, en 2012, la flamme de blogueuse. J’avoue que mon blog qui, à la base, était vraiment fait pour partager mes nouvelles, a évolué depuis.

Alors dites nous de quoi parle exactement votre blog?

Il me plairait bien de faire un flash back relatif à mon premier blog intitulé‘’méli-mélo d’une intello’’. Celui que j’utilise aujourd’hui, c’est ‘’Les chroniques de Tchonté’’. ''Les chroniques de Tchonté’’, mon blog, met en relief le fruit de mes lectures, mes voyages, de notion de développement personnel, des acquis de mes expériences personnelles. En réalité, il s’agit de tout ce qui me semble bon à partager avec les autres.

Est-ce c’est votre passion de blogueuse qui vous a emmenée à créer une bibliothèque?

Comme l’a si bien dit Victor Hugo, “la lumière est dans le livre. Ouvre-le tout grand. Laisse-le rayonner, laisse-le faire”. Je n’ai jamais eu de chagrin qu’une heure de lecture n’ait dissipé. De la même façon ma passion pour la lecture m’a offert le blog, il en est de même pour la création de cette bibliothèque. Alors, peut-être que le blog m’a plutôt servi de tremplin pour commencer, à voir comment je pouvais matérialiser ma passion au-delà de la lecture et de l’écriture.

A-t- on besoin de grand moyen pour créer une bibliothèque?

Tout part d’une vision, de la volonté manifeste et d’une détermination avérée pour atteindre un objectif. Cette bibliothèque, je dirai que je l’ai ouverte avec tous les frais administratifs qui vont à deux millions de franc CFA (2 000 000 Fcfa) qui est relatif. Certains te diront que c’est beaucoup alors que d’autres te diront que c’est suffisant. Mais comme je le disais, c’est relatif. De mon point de vue, on n’a pas besoin de grand moyen. Avant d’ouvrir la bibliothèque, j’avais un trolley que je remplissais de livres et j’allais faire des ateliers dans les classes. C’est une sorte de bibliothèque mobile. Donc on peut faire avec les moyens dont on dispose. Tout dépend de ce qu’on veut. On peut commencer avec juste une pièce. Tu peux commencer à faire des choses chez toi à la maison avant d’aller ailleurs.

Ça a été fait sur fonds propre ou par subvention?

Peut-être que les subventions viendront après, pour l’heure, c’est sur fonds propre…

Dites nous, que représente pour vous l’univers livresque?

L’univers livresque est un monde à part entière, mais mieux, c’est vraiment un monde de découverte. Voilà, d’ailleurs, pourquoi je l’ai mis, Centre Eulys, à la découverte du monde, car le livre en général est le meilleur moyen d’apprendre, de voyager, de se distraire, et de non seulement vivre d’autre vie mais apprendre simultanément des choses au quotidien. Parce que même le livre fictif que tu lira, te permet d’apprendre diverses choses sur la vie en général et sur certains endroits en particulier. Au demeurant, il te permet de voyager, d’aller à l’aventure. Pour moi, le livre, c’est un peu la matérialisation de la vie qui te permet de découvrir d’autres endroits sans avoir à bouger de ton siège.

Qui sont les personnes qui visitent votre bibliothèque?

Nous avons pris faits et causes pour les enfants quoique nous ayons des ouvrages pour adultes. N'empêche que nous avons compris que les enfants sont beaucoup plus enclins à être curieux. Les adultes, en revanche, n’ont pas été habitue, étant plus jeunes, à la lecture. C’est donc plus difficile de les emmener à visiter une bibliothèque et à lire. Pendant les vacances, il y a moins d’enfants, notre cible principale. Il s’agit, pour la plupart des visiteurs, des enfants du lycée juste en face.

Quelles sont, pour vous, les astuces pour emmener une personne qui s'intéresse moins à la littérature à aimer lire?

Loin de moi, vraiment, cette intention de chercher à convaincre les adultes. Je cherche à emmener les enfants à prendre la lecture comme un hobby est mon ambition. J’ai fait, à ce propos, une remarque pertinente qui est la suivante. C'était une fillette qui avait du mal non seulement à rester tranquille, mais également à lire d’elle-même. Pour la captiver, et je lui ai proposé de s’asseoir pour que je lui fasse une lecture: ''et si tu t’asseyais et que je lisais pour toi, tu n’as pas besoin de lire, je le fais moi-même et puis je te raconte l’histoire’’ …Ensemble, nous lisions. Grande alors fut ma surprise de savoir que petite fille était vraisemblablement captivée par ce qu’on lisait. C’est parfois parfois périlleux avec les enfants car ils ont la bougeotte. Pour moi, il est plus important de travailler avec minutie et patience avec les enfants. Notre objectif, c’est de les emmener à quelque chose de formidable et sûre qui les servira à vie. Rendre intéressante et attrayante la lecture à travers la narration des histoires aux enfants, parce que tout le monde aime les histoires, même l’adulte qui ne lit pas, est un bon moyen pour ouvrir méthodiquement l’esprit à l’amour de la lecture. M’asseoir ainsi avec un enfant hostile et lui raconter ce qu’il y a exactement dans le livre, peut lui donner la volonté et l’envie de lire. C’est donc de bon aloi que dans mon blog je fais non seulement des articles mais aussi des vidéos. Mon objectif c’est, vraiment par tous les moyens, de pousser la personne à avoir envie de savoir de quoi il s’agit.

Vous qui êtes en contact permanent avec les élèves d’ici, comment trouvez-vous leur niveau de culture générale?

La lecture précède le niveau de culture, j’ai envie de dire. Or, il y a un énorme hic, les élèves ont de nombreuses lacunes. Les hommes ici, dans leur ensemble, et les enfants en particulier n’aiment pas lire. Parce que pour avoir un niveau de culture générale, il faut que tu lises. C’est quand même dommage de voir des enfants de CM1 et de la 6ème qui n’arrivent pas à lire correctement ou qui lisent en trébuchant sérieusement sur les mots. Parlant donc de niveau de culture générale, sans langue de bois, je dirai qu’il n’est pas comme on souhaiterait qu’il soit. Il est moins élevé. Toutefois, Mais il y a toujours des exceptions qui se distinguent.

En tant que chroniqueuse, quel est l'état de votre activité en Côte d’Ivoire? Difficile ou facile à mener?

Je vous l’ai déjà dit, le blog n’est pas ma profession. Maintenant, est-ce que c’est difficile à mener? Disons le tout net, non et tout dépend de l’objectif. Moi je ne vis pas de ça, je le fais juste par passion. Ce n’est pas du tout difficile, il suffit d’avoir un ordinateur, une bonne connexion à internet et tout est jouer. Maintenant pour ceux qui en vivent, je pense que ça doit être beaucoup plus difficile. Il faut de la rigueur, il faut être sûr de pouvoir poster régulièrement afin d’attirer d’éventuels partenaires qui voudraient peut-être sponsoriser certains posts pour faire de la publicité à travers votre plateforme. Donc je pense que pour ceux qui voudraient vivre de ça, ce doit être difficile. Je ne sais pas si certaines personnes en vivent ici. Mais c’est plutôt les avantages qu’il y a autour de la plateforme. Par exemple, le blogueur peut-être invité par des gens pour certains événements, de faire le reportage sur leur événement, parce que tu as ton blog, une plateforme.

En dehors de vos passions, quelle est votre activité principale?

Il y a seulement un an que j’ai fini les études. Et j’ai déposé mes valises, en tant que professeur à temps partiel, à l’Université Internationale de Grand-Bassam. J’y suis ai enseigné jusqu’en avril 2017. Actuellement, je fais un break pour me consacrer à la bibliothèque et entreprendre des études de langue. J’ai la chance d’être encore en famille, donc à l’abri de certaines dépenses comme le loyer. Pour le moment, je dépends de mes économies et du soutien parental sans faille. Une confidence, je retournerai certainement dans l’éducation puisque c’est une passion. Pour ce qui est de l’enseignement, j’y surement retournerai, mais l’avenir me situera.

Yolande Jakin
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz