Skip Navigation Links > Détail article
Baisse des valeurs de technologie : quelles actions acheter ?
Publié le 14/06/2017
Andrew Garthwaite de Credit Suisse encourage les investisseurs à profiter du récent repli pour acheter des valeurs de technologie. Retrouvez la liste de ses titres préférés.

L'indice Nasdaq Composite a perdu 2,3% en deux séances, les 9 et 12 juin, alimentant de nombreuses interrogations sur l'avenir des valeurs de technologies après un parcours exceptionnel.

Ainsi, le Nasdaq Composite a plus que doublé en cinq ans, inscrivant un sommet historique le 9 juin à 6.341,7 points. Son niveau dépasse de 26% le sommet de la bulle Internet établi en mars 2000.

Le poids boursier des Gafam équivaut au CAC 40 et au Dax réunis

Les "Gafam" (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), qui représentent à elles seules plus d'un tiers de la capitalisation boursière de l'indice Nasdaq, totalisent une valeur proche de 3.000 milliards de dollars, soit plus que toutes les entreprises du CAC 40 et du DAX réunies.

Ces cinq sociétés vedettes affichent des valorisations boursières entre trois et six fois les chiffres d’affaires attendus cette année. Rappelons que, après le pic de la bulle internet en l’an 2000, le Nasdaq avait été divisé par cinq en trois ans !

Pourtant, malgré ces constats, Andrew Garthwaite de Credit Suisse encourage les investisseurs à privilégier en Bourse les valeurs de technologie. Le célèbre stratège évoque plusieurs raisons qui justifient son optimisme:

La part de la technologie américaine dans le Produit intérieur brut (ajusté de la dépréciation des actifs) est inférieure à sa moyenne historique et la part relative de la technologie dans les dépenses d'investissements est au plus bas de vingt ans.

Une accélération de la croissance a un effet multiplicateur sur les dépenses en technologie.

Le rythme annuel de croissance des activités de technologie a dépassé de 7 points de pourcentage celle du marché depuis dix ans. Cette tendance devrait accélérer dans les années à venir, selon Credit Suisse.

Des valorisations dans la tech jugées attrayantes

Le secteur affiche des qualités défensives liées aux liquidités accumulées et à l'impact déflationniste du secteur.

Les valorisations paraissent raisonnables, selon Andrew Garthwaite, avec un PER estimé à 13% sous sa moyenne historique (hors bulle internet). Le rendement du cash flow libre (free cash flow yield) est supérieur à celui du marché.

La plupart des positions commerciales des grandes sociétés de technologie sont oligopolistiques. Les barrières à l'entrée sont issues des efforts de R&D et de l'essor des réseaux. La pression des autorités de régulation reste faible, en raison des effets positifs sur le pouvoir d'achat des consommateurs et des entreprises.

L'effet disruptif des innovations numériques (connectivité, économie du partage, automatisation, impression 3D, stockage des batteries, transparence des prix) sur les industries et les services parait sous-estimé et devrait maintenir l'inflation et les taux d'intérêt à de bas niveaux, favorisant les valeurs de technologie.

Le poids du secteur dominant a culminé dans le passé à 27% en moyenne de la capitalisation boursière totale de la Bourse américaine (35% au moment de la bulle internet), contre un poids de 20% actuellement pour la technologie.

Un avis positif sur le secteur

Andrew Garthwaite privilégie les éditeurs de logiciels, les acteurs de la cybersécurité, internet et les jeux video.

Credit Suisse a un avis positif sur des titres comme Microsoft, Dassault Systèmes, SAP, Alibaba, Alphabet (ex-Google), Amazon, Ebay, Facebook, Grubhub, Just Eat, Tencent Holdings, Mercadolibre, Yelp, Micron Technology, Lam Research, Electronic Arts, Activision Blizzard, Sony, Analog Devices, Infineon Technologies, Rohm, Nokia, Cisco Systems, Apple, HP, Juniper Networks, Zalando.
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz