Skip Navigation Links > Détail article
La volonté de la BCC à accroître la production locale pour réduire le poids de l’importation
Publié le 29/03/2017
Le gouverneur de la Banque centrale du Congo(BCC), Deogratias Mutombo Mwana Nyembo a exprimé, mardi à Mahagi, la volonté de son institution à accroître la production intérieure afin de réduire le poids des importations et atténuer ainsi l’emprise de la monnaie ougandaise le Shilling sur le territoire où les échanges commerciaux s’effectuent par cette monnaie étrangère.

Il l’a dit au cours d’un échange avec les opérateurs économiques œuvrant dans ce territoire situé à près de 180km de la ville de Bunia, où il séjourne avec la délégation conduite par le ministre des Finances.

Pour le gouverneur de la BCC, aussi longtemps que le pays continuera à importer, il n’y aura jamais une monnaie stable, même avec une politique monétaire efficace parce que, a-t-il dit, les opérateurs économiques auront toujours besoin de Shilling pour acheter les produits ougandais.

Il a souligné que l’utilisation de la monnaie de ce pays voisin dans les échanges commerciaux au niveau de ce territoire plutôt que les francs congolais est la conséquence logique de l’absence d’une production locale.

Il a par ailleurs édifié son audience du fait que l’économie doit être soutenue par de secteurs créateurs de richesses par de biens échangeables et non échangeables non pas par le commerce parce que a-t-il martelé le commerce n’a pas une valeur ajoutée avant de renchérir : »Il faut attaquer le mal par la racine, nous devons cesser d’être des importateurs mais devenir de producteurs »

La BCC prête à soutenir la filière agricole

En outre, il a annoncé que son institution est prête à soutenir la filière agricole par un accompagnement de producteurs qui sont opérationnels du secteur sur le plan technique, financier et opérationnel pour ceux qui vont présenter leurs projets auprès du bureau d’études pour examen, a-t-il dit, si le projet est bancable par rapport à l’atteinte de l’objectif de la BCC.

Il a rassuré que son institution va financer les projets agricoles à de conditions plus concessionnelles avec un taux d’intérêt qui ne dépasse pas 2% tout en invitant les potentiels souscripteurs au projet de rassurer son institution qu’ils seront en mesure de bien travailler, de produire, de vendre et de rembourser pour un éventuel renouvellement de crédit.
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz