Skip Navigation Links > Détail article
Finances publiques : L’ODEP examine le taux d’exécution de crédits provisoires
Publié le 14/03/2017
L'exécution des crédits provisoires votés par la représentation nationale en l'absence de la loi des finances préoccupe les acteurs de la Société civile. Redévabilité et bonne gouvernance obligent.
L'Observatoire de la dépense publique (ODEP), une organisation de la Société civile qui milite pour la gouvernance, attire l'attention de l'opinion quant à la relégation des priorités au second plan, notamment le financement des élections.

Dans un rapport rendu public le week-end dernier, l'ODEP atteste que « les dépenses des institutions empêchent le décaissement des fonds pour les élections », pourtant définies comme priorité par la classe politique.

« Les Etats de suivi budgétaire provisoires à fin Janvier 2017 renseignent un niveau global de dépenses exécutées de l'ordre de 211.424.219.994 francs congolais contre les crédits provisoires de 458.122.633.115 francs congolais, soit un taux d'exécution de 46,2% », indique le rapport.

En ressources internes, constate-t-il, les dépenses effectuées s'élèvent à 211.424.219.994 francs congolais contre les crédits provisoires de l'ordre de 376.532.953.569 francs congolais. Un taux d'exécution de 56,6%. En ressources extérieures, par contre, l'ODEP fait remarquer qu'aucun paiement n'a été enregistré. Dans l'ensemble, les experts de l'ODEP énumèrent les différentes étapes de l'exécution de la dépense telles que réalisées. Celles-ci afficheraient un tableau peu reluisant.

Dans la rubrique « Engagement », les dépenses exécutées au 31 janvier seraient de 304.169.599.883 francs congolais contre les crédits provisoires de 458.122.633.115 Fe. Un taux d'exécution de 66,4%.

Concernant la rubrique «Liquidation », l'on indique les dépenses de l'ordre de 291.105.338.8E7 FC, correspondant aux taux d'exécution de 95,7% par rapport aux engagements.

Quant à la rubrique « Ordonnancement », 220.479.668.683 FC seraient dépensés, renseignant un taux d'exécution de 75,7%, par rapport aux liquidations. La rubrique « Paiement », elle, aurait englouti 211.424.219.994 Fe. Un taux d'exécution de 95,9% par rapport aux ordonnancements.

Un examen minutieux

Parmi les principales actions réalisées au cours du mois sous examen, l'on note entre autres, le paiement au titre de frais de fonctionnement des ambassades et consulats généraux de la zone dollars; la prime du premier tour des Léopards football seniors messieurs et de leur qualification à la coupe d'Afrique de nation «Gabon 2017» ; le complément de l'enveloppe de la paie des cabinets ministériels ; l'approvisionnement en faveur de la prison centrale de Makala ainsi que les frais pour l'acquisition des droits de retransmission de la Can Total « Gabon 2017 ».

Sont également pris en charge par les chiffres de l'ODEP, le Fonds spécial d'intervention au profit de l'Assemblée Nationale pour la session extraordinaire de décembre 2016 ; la ville de Kinshasa pour son assainissement; la mise à disposition des fonds en faveur des FARDC pour l'achat des 
fournitures et petits matériels de bureau ainsi que les matériels spécifiques. Quant à l'exécution des objectifs du gouvernement, l'ODEP note que la mise en œuvre du Programme d'action du gouvernement par différents axes s'est réalisée, se référant aux chiffres rendus disponibles par les services compétents.

Parmi les rubriques énumérées, Poursuivre et finaliser les réformes institutionnelles en vue de renforcer l'efficacité de l'Etat a consommé 79.517.476.017 FC contre les crédits 
provisoires de 152.624.309.435 FC, soit un taux d'exécution de 52,1%. Consolider la stabilité macroéconomique et accélérer la croissance et la création d'emploi (33.519.3493256 FC) contre les crédits provisoires de 116.541.006.237 FC, soit un taux d'exécution de 28,8%.

Olivier Kaforo/Le Potentiel
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz