Skip Navigation Links > Détail article
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Publié le 03/12/2018
Microsoft, tout-puissant avant de connaître une éclipse, est revenu au sommet après trois ans d'une extraordinaire transformation sous la houlette de son PDG Satya Nadella.

Microsoft a reconquis cette semaine le titre d'entreprise la plus chère du monde, davantage même qu'Apple, ce qui n'était pas arrivé depuis 2010.

Vendredi à la clôture, il fallait débourser 851,2 milliards de dollars pour acheter toutes les actions de l'entreprise. C'est le triple de la valeur du géant de Redmond quand M. Nadella en a pris les rênes en 2014.

Apple, qui connaît une passe difficile et a perdu 20% de sa valeur en Bourse en huit semaines, valait "seulement" 847,4 milliards de dollars vendredi.

Dans les années 1990, Microsoft était une entreprise toute puissante qui fournissait le moteur de la révolution de l'informatique pour tous: le système d'exploitation Windows. Mais elle est ensuite passée en arrière-plan derrière Apple, Google et Amazon.

Le retour sur le devant de la scène est dû à un mélange de patience, de diversification et le courage de se débarrasser d'activités qui n'ont pas connu le succès escompté, expliquent les analystes.

"Microsoft tourne à plein régime en ce moment", souligne Jack Gold, analyste high-tech chez J. Gold Associates. "Satya Nadella a fait un travail fantastique en détournant l'entreprise de voies sans issue et en étant plus innovant".

M. Nadella, né en Inde et aujourd'hui âgé de 51 ans, a remplacé Steve Ballmer à la tête de Microsoft, où il dirigeait la division qui s'occupait du "cloud".

- La tête dans le nuage -

Microsoft continue à faire beaucoup d'argent avec la dernière itération de son système Windows, mais il s'est notamment servi de sa position de leader dans ce domaine comme levier pour attirer les clients professionnels sur sa plateforme d'informatique dématérialisée (le cloud) qui se nomme Azure.

"Azure a été très important pour Microsoft", souligne M. Gold.

Pour les entreprises dont le système informatique fonctionne déjà dans l'univers Microsoft "c'est facile de rester avec Microsoft" pour le cloud, ajoute-t-il.

Outre Azure, Microsoft s'appuie aussi sur sa console de jeu Xbox, ses tablettes et PC Surface et le réseau social à vocation professionnelle LinkedIn, acheté en 2016.

L'entreprise, fondée par Bill Gates, a remporté en novembre un contrat de 480 millions de dollars de l'armée américaine pour permettre aux troupes de s'entraîner dans un environnement virtuel. Et elle est sur les rangs, comme Amazon, pour décrocher un énorme contrat de plusieurs milliards de dollars du Pentagone, qui veut s'installer dans le "cloud".

Ces sources de revenus diversifiées contrastent avec Apple, qui a parié une bonne partie de son chiffre d'affaires et de ses (énormes) bénéfices sur l'iPhone.

"Pour Apple, on est arrivé à l'apogée de l'iPhone et c'est un marché très difficile. Des gens qui suivent Apple depuis longtemps avaient prédit que cela arriverait et la question est maintenant de voir à quelle vitesse Apple pourra faire la transition vers les services", note Bob O'Donnell du cabinet Technalysis Research.

En misant davantage sur les services aux entreprises, Microsoft est moins visible, mais il est aussi "moins sensible aux modes", ajoute M. O'Donnell.

- La leçon des échecs -

Un facteur important dans la transformation de Microsoft est venu de la décision de sortir de la téléphonie mobile, après avoir racheté au finlandais Nokia sa branche des téléphones mobiles pour 7 milliards de dollars en 2014.

Le groupe n'a pas réussi à rivaliser avec Apple et Android, le système d'exploitation de Google, qui dominent le marché.

"Je pense que Satya Nadella a fait preuve d'une capacité de jugement extraordinaire", estime Roger Kay, analyste chez Endpoint Technologies Associates.

L'échec de Microsoft dans les smartphones a peut-être même participé du succès de l'entreprise en la forçant à travailler avec des systèmes d'exploitation concurrents.

Apple pour l'instant reste essentiellement un écosystème fermé avec son système d'exploitation fonctionnant sur ses appareils.

"Apple va devoir changer cela", juge M. Kay.

La marque à la pomme a fait un premier petit pas cette semaine: elle a accepté de laisser accéder son service de streaming de musique Apple Music par le biais de l'enceinte connectée d'Amazon.
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz